Au fil de la Loire

Étrangère à la vallée de la Loire, Margot arpente ses plaines, traverse ses champs de culture maraîchère et ses vignes avec l’œil de celle « qui n'est pas d'ici ». Sous un ciel capricieux, enfourchant son vélo, son appareil en bandoulière, elle longe la Loire, l'Indre ou le Cher, passant de villes en villages, à la découverte des châteaux emblématiques de la région, témoins de traditions culturelles et architecturales. À force de voyages, elle apprivoise peu à peu la vallée et s'arrête auprès de ceux qui vivent ici, qui occupent une place centrale dans l’environnement et le dessin des paysages.

 

Au fil de l'eau, les hommes accordent le paysage à leurs activités et forgent son identité. Margot a souhaité montrer que, partout, le territoire témoigne de leur présence : prémunis des inondations, les espaces agricoles, vignes, terres maraîchères, et forestiers sont délimités par la construction de levées. En investissant le paysage au moyen d'activités traditionnelles, les habitants de la vallée de la Loire sont associés à son identité culturelle, laquelle réside également dans les châteaux, éléments incontournables des lieux. Des jardiniers aux habitants, regroupés dans de multiples associations, en passant par les nombreux touristes, chacun fait vivre aujourd'hui ces sites chargés d'histoire.

 

Dans un rapport de frontalité avec le monde qui l’entoure, Margot retrace la relation entre les lieux et les personnes, réalisant des images sans artifices, témoignant d'un regard sincère sur la vallée.